François MAILLOL

Accueil Remonter François MAILLOL Pierre_Durban J.-C. B. Montagné Louis_BARTHE Jacques_AXTMEYER

Courrier évadés de France :de  M. François MAILLOL : date 19 janvier 2009- 66 650 -- Banyuls sur mer -- la ville d'Amont.

 Mon père a été un résistant de la première heure puisqu'il a été un passeur bénévole depuis le 12 août 1945, qu’il a fait passer la frontière à un officier anglais et un aviateur et un officier belge, et puis à huit soldats anglais échappés d'un camp de prisonniers le 17 octobre 1940.

En tout et il a dû faire passer entre 90 et 120 personnes, tout ceci gratuitement jusqu'au 1er juin 43 où il a été arrêté sur dénonciation, torturé pendant deux jours et sans manger mais il n'a pas parlé, il a été libéré et a repris son travail.

Le 10 juin un résistant l’a fait avertir que l'on devait l’arrêter à nouveau et il s'est caché à côté de la maison.

Quand il a vu que la Gestapo était là il s'est enfui en Espagne sans rien emporter ni pouvoir avertir ma mère.

Quand nous avions été occupés (novembre 1942), je lui avais dit que je ne pouvais pas accepter ça, il m'a donné raison, je voulais partir et mon frère qui n'avait pas 20 ans m'a dit moi aussi je viens avec toi. Le 9 mars 43 nous sommes partis pour l'Espagne afin de pouvoir rejoindre le Maroc.

Le 11 mars nous avons été enfermés à la cellule 28 de la prison de Figueras

En Espagne comme mon frère n'avait pas 20 ans, le 9 juin on l'a fait partir pour le Maroc et le même jour il a passé la frontière du Portugal. Sans le savoir notre père qui est parti de France le 10 juin au soir passait celle d'Espagne et a été, quelque jour après, enfermé à la même cellule. Et moi j'ai été envoyé au camp de concentration de Miranda j'en sortis le 26 octobre 43 pour rejoindre Malaga où j'ai embarqué le 2 novembre 43 pour le Maroc. 

Engagé à la première D.F.L., campagne d'Italie, débarquement de Provence, et campagnes de France.

RECIT SUIVANT